Le 31 rue Coquillière :

Immeuble de rapport, du XVIIIe siècle implanté sur deux rues, avec un linéaire important sur la rue Bouloi. La grande cour intérieure, minérale et régulière, servait de garage pour les diligences des Messageries Générales. Elle est entourée par des bâtiments d’architecture classique. La rue Coquillière est une rue ouverte à la fin du 13ème siècle et entièrement bâtie en 1292 sur des terrains appartenant à Pierre Coquillier et sa famille, aussi appelée rue Coquillier ou rue de la Porte-au-Coquillier.

UN PEU D’HISTOIRE

Catherine de Médicis

Catherine de Médicis avait fait construire, non loin du Louvre, un somptueux hôtel dont une tour demeure intacte. On peut la voir aujourd’hui encore dans le quartier des Halles. On l’appelle « colonne astro­logique » parce que les astronomes de la Reine avaient coutume d’y observer le ciel pour faire des prédictions. En 1572, Cosimo Ruggieri lui avait prédit « qu’elle mourrait près de Saint-Germain ». La Reine, dont les victimes dans le royaume ne se comptaient pas, craignait pour sa propre vie.
Elle renonça à habiter le château royal de Saint-Germain-en-Laye et abandonna sa résidence des Tuileries qui était située dans la paroisse de Saint-Germain-L’auxerrois. C’est ainsi qu’elle s’installa derrière le Palais du Louvre, sur l’emplacement de la rue Coquillière. Pour y construire son nouvel hôtel, elle fit expulser plusieurs couvents. Ainsi se croyait-elle à l’abri de la prédiction du florentin. Peut-être la fameuse « colonne astrologique » était-elle tout simplement, avec ses 30 m de haut, une tour de guet destinée à surveiller l’hôtel de la Reine. Elle y habita quatorze ans, et curieusement mourut à Blois, au cours d’un déplacement, en 1589.

Bâtards de roi

BATARDS de Henri IV  Constitution par les religieux du couvent des MINIMES près la place Royale à Marie de Saint-Paul cy devant gouvernante du comte de MORET puis de demoiselle de ROMORANTIN frère et sœur naturels du Roi demeurant rue Coquillière paroisse Saint-Eustache.

Origine de l’information : Fichier dit ‘général’ XVIIe-XVIIIe siècles, par le personnel du Minutier, 1954-1999 ( fichier papier entièrement dématérialisé ; voir contexte dans le Plan d’orientation général – Notaires de Paris, guides thématiques du Minutier).